LISIS <i class='fa fa-leaf'></i>

Equipes thématiques du LISIS

Le Laboratoire est organisé en équipes thématiques qui regroupent plusieurs membres autour d’un objet spécifique pouvant donner lieu à une ou plusieurs recherches. Placées sous la responsabilité d’un ou de deux chercheurs réguliers, ces groupes sont actuellement les suivantes :

  1. Direction et leadership inclusif
  2. Dispositifs de développement professionnel et inclusion scolaire
  3. Diversité et pratiques d’enseignement
  4. Approches intersectionnelles et processus d'inclusion-exclusion
  5. Perspectives inclusives sur les comportements difficiles en milieu éducatif
  6. Processus de Recherche Action Participative (RAP) pour l’éducation inclusive
  7. Rôles et pratiques collaboratives en soutien à l’inclusion scolaire dans les milieux de pratique et de formation
  8. Voix des jeunes et de leur famille, de l’entrée à l’école à l’insertion sociale et professionnelle

Direction et leadership inclusif

Thématique de recherche

La littérature suggère fortement que la direction d'établissement joue un rôle crucial lorsqu'il est question d'inclusion scolaire. À cet égard, la notion de leadership fait nécessairement surface. Le leadership est un processus par lequel un individu influence un groupe d’individus pour atteindre un but particulier (Collerette, 2002; Northouse, 2004; Spillane, Halverson & Diamond, 2008). Partant de ces considérations, l’équipe de recherche s'intéresse aux attitudes, aux comportements, aux rôles et aux pratiques de la direction d’établissement associés à l’inclusion scolaire. Considérant que tous ces éléments sont liés au sentiment d’auto-efficacité (SAE), le groupe thématique s’attardera également à ce dernier.

Responsable(s) de l'équipe thématique

  • Andréanne Gélinas-Proulx, Université du Québec en Outaouais, Québec, Canada
  • Stéphane Thibodeau, Université du Québec à Trois-Rivières, Québec, Canada

Chercheuses et chercheurs

  • Andréanne Gélinas-Proulx, Université du Québec en Outaouais, Québec, Canada
  • Jean Labelle, Université de Moncton, Nouveau-Brunswick, Canada
  • Maude Loi Zedda, Haute école pédagogique du canton de Vaud, Suisse
  • Serge Ramel, Haute école pédagogique du canton de Vaud, Suisse
  • Frédérique Rebetez, Haute école pédagogique du canton de Vaud, Suisse
  • Lise-Anne St-Vincent, Université du Québec à Trois-Rivières, Québec, Canada
  • Stéphane Thibodeau, Université du Québec à Trois-Rivières, Québec, Canada

Etudiantes

  • Sandra Chiasson-Desjardins, Université du Québec à Trois-Rivières, Québec, Canada
  • Bianca B. Lamoureux, Université de Sherbrooke, Québec, Canada

Dispositifs de développement professionnel et inclusion scolaire

Thématique de recherche

Un aspect se voit régulièrement relayé dans les études lorsqu’il s’agit de réfléchir à la mise en œuvre de l’inclusion scolaire : la nécessité de former – et si possible de bien former – les enseignants (Avramidis, Bayliss, & Burden, 2000; Bélanger, 2004; Bergeron & St-Vincent, 2011; Mazereau, 2009; Plaisance, 2007; Valeo, 2008). Cependant, encore actuellement, les enseignants se sentent soit insuffisamment préparés soit préparés inadéquatement pour prendre en charge la diversité des élèves de leur classe (voir par exemple Leblanc, Prud’homme, Aucoin, Guay, Mainardi et Forest, 2016).

Les recherches menées par ce groupe thématique se proposent d’étudier les dispositifs de développement professionnel formels et informels tant en formation initiale que durant l’insertion professionnelle et la formation continue des acteurs de l’éducation inclusive sous trois angles principaux :

  • analyse des programmes de formation ;
  • évaluation et compréhension des effets de formations auprès des étudiant-e-s et enseignant-e-s ;
  • étude des processus d’accompagnement des individus et groupes.

Un aspect central consistera à mieux documenter l’évolution des représentations des acteurs de l’éducation inclusive ainsi que leurs pratiques déclarées et effectives en lien avec ces dispositifs de formation. Les travaux de l’équipe porteront également sur les formateurs et accompagnateurs impliqués dans ces dispositifs. De manière plus générale, les recherches de l’équipe s’inscrivent dans trois des axes de développement et de recherche du laboratoire, soit éducation formelle et informelle, acteurs de l’inclusion et pratiques inclusives.

Responsable(s) de l'équipe thématique

  • Isabelle Noël, Haute école pédagogique Fribourg, Suisse
  • Marie-Pierre Fortier, Université du Québec à Montréal, Québec, Canada

Chercheuses et chercheurs

  • Geneviève Bergeron, Université du Québec à Trois-Rivières, Québec, Canada
  • Léna Bergeron, Université du Québec à Trois-Rivières, Québec, Canada
  • Idrissa Diop, Ecole Normale Supérieure d'enseignement technique et professionnel, Sénégal
  • Marie-Pierre Fortier, Université du Québec à Montréal, Québec, Canada
  • Isabelle Noël, Haute école pédagogique Fribourg, Suisse
  • Mélanie Paré, Université de Montréal, Québec, Canada
  • Liliane Pelletier, Université de la Réunion, France
  • Serge Ramel, Haute école pédagogique du canton de Vaud, Suisse

Collaboratrices et collaborateurs

  • Gaudreau, Nancy, Université Laval, Québec, Canada

Etudiantes et étudiants


  • Marc-Antoine Gagné, Université du Québec à Trois-Rivières, Canada

Diversité et pratiques d’enseignement

Thématique de recherche

En classe, le recours à des pratiques d’enseignement qui appréhendent la diversité en termes de ressources est souvent décrit comme une composante essentielle des pratiques inclusives. Or, selon plusieurs études, les changements impliqués représentent de grands défis pour les enseignants, et ce à tous les niveaux d’enseignement et dans différents contextes culturels.

C’est au départ de ces considérations que ce groupe thématique étudie le travail de l’enseignant pour mieux répondre à la diversité des besoins pour apprendre. Elle s’intéresse aux situations courantes d’enseignement et aux actions réelles que les enseignants peuvent mettre en œuvre pour inscrire leur pratique dans une visée plus inclusive. En ce sens, les objets d’investigation concernent à la fois les pratiques de planification, de pilotage, d’évaluation et de gestion de classe qui s’inscrivent en cohérence avec les finalités de l’inclusion scolaire.

Responsable(s) de l'équipe thématique

  • Mélanie Paré, Université de Montréal, Québec, Canada

Chercheuses et chercheurs

  • Geneviève Bergeron, Université du Québec à Trois-Rivières, Québec, Canada
  • Léna Bergeron, Université du Québec à Trois-Rivières, Québec, Canada
  • Jean Horvais, Université du Québec à Montréal, Canada
  • Odet Moliner Garcia, Université Jaume I, Espagne
  • Béatrice Noel Lepelletier, Université Catholique de l’Ouest - Angers, France
  • Mélanie Paré, Université de Montréal, Québec, Canada
  • Mathieu Point, Université du Québec à Trois-Rivières, Québec, Canada
  • Maryvonne Priolet, Centre Universitaire de Formation et de Recherche de Mayotte, France
  • Luc Prud’homme, Université du Québec à Trois-Rivières, Québec, Canada
  • Rachel Sermier Dessemontet, Haute école pédagogique du canton de Vaud, Suisse
  • Joan Traver, Université Jaume I, Espagne

Etudiantes et étudiants

  • Pierre-Luc Fillion (collaborateur), Université du Québec à Trois-Rivières, Canada
  • Katryne Ouellet, Université du Québec à Trois-Rivières, Québec, Canada
  • Aida Sanahura Ribés, Université Jaume I, Espagne
  • Geneviève St-Denis, Université de Montréal, Canada

Approches intersectionnelles et processus d'inclusion-exclusion

Thématique de recherche

À l’heure de penser l’école inclusive comme étant l’école pour tous-tes, la reconnaissance, la valorisation et la légitimation de l’expression de la diversité sont nécessaires pour répondre aux défis de l’équité et de la justice sociale. Aujourd’hui, il apparaît donc essentiel d’interroger les liens entre diversité et inclusion dans l’espace scolaire à partir de la (non) visibilité des marqueurs de la diversité et des processus d’exclusion. Ce groupe thématique s’intéresse aux marqueurs de la diversité (ethnoculturels, de genre, socio-économiques, liés au handicap et autres) en interrogeant les rapports entre ces marqueurs, de l’occultation à l’essentialisation. En fin de compte, dans le paradigme inclusif, il nous semble important de penser l’inclusion à partir des inégalités, de l’expérience des groupes minorisés et/ou en quête d’identité ainsi que des politiques et pratiques qui les construisent, ainsi que d’interroger l’exclusion au sein même des contextes qui se réclament “inclusifs”.

Responsable(s) de l'équipe thématique

  • Stéphanie Bauer, Haute école pédagogique du canton de Vaud, Suisse
  • Corina Borri-Anadon, Université du Québec à Trois-Rivières, Québec, Canada

Chercheuses et chercheurs

  • Stéphanie Bauer, Haute école pédagogique du canton de Vaud, Suisse
  • France Beauregard, Université de Sherbrooke, Québec, Canada
  • Corina Borri-Anadon, Université du Québec à Trois-Rivières, Québec, Canada
  • Tara Flanagan, Université McGill, Québec, Canada
  • Denis Gay, Université de Fribourg, Suisse
  • Moira Laffranchini Ngoenha, Haute école pédagogique du canton de Vaud, Suisse

Etudiantes et étudiants

  • Valérie Angelucci, Haute école pédagogique du canton de Vaud, Suisse
  • Marilyn Boisvert, Université du Québec à Trois-Rivières, Canada
  • Flavio Murahara, Université McGill, Québec, Canada
Perspectives inclusives sur les comportements difficiles en milieu éducatif

Thématique de recherche

Les élèves présentant des comportements difficiles sont reconnus comme étant les plus à risque d’être exclus de la classe ordinaire (Kauffman et Landrum, 2009). En dépit du fait que l’avancement de la recherche au cours des dernières décennies ait permis de documenter les pratiques efficaces en matière de gestion des comportements difficiles à l’école (Cooper, 2011), il existe toujours un fossé important entre celles-ci et celles mises en œuvre au sein de la classe (Gable, Tonelson & Walker-Bolton, 2010). Plusieurs enseignants se sentent démunis et mal préparés pour gérer les comportements difficiles des élèves (Avradimis et Kalyva, 2007; Baker, 2005; Begeny et Martens, 2006). Cette situation fait l’objet de recherches portant sur les croyances, pratiques et vécu des intervenants. Toutefois, il manque encore de travaux portant en particulier sur les perceptions des élèves ainsi que sur le transfert des connaissances issues de la recherche dans la pratique.

Les travaux de ce groupe thématique ont pour but de continuer à développer des connaissances afin de soutenir les acteurs dans la mise en œuvre de pratiques visant à prévenir et gérer les comportements difficiles en milieu éducatif. Ceux-ci s’insèrent dans les axes de recherche suivants :

  • les pratiques des enseignants envers les élèves présentant des comportements difficiles ;
  • le vécu des acteurs en contexte de prévention et de gestion des problèmes de comportement en milieu éducatif ;
  • la formation et l’accompagnement du personnel éducatif dans le développement de leurs compétences pour prévenir et gérer les comportements difficiles des élèves.

Responsable(s) de l'équipe thématique

  • Valérie Benoit, Haute école pédagogique du canton de Vaud, Suisse
  • Nancy Gaudreau, Université Laval, Québec, Canada

Chercheuses et chercheurs

  • Valérie Benoit, Haute école pédagogique du canton de Vaud, Suisse
  • Geneviève Bergeron, Université du Québec à Trois-Rivières, Québec, Canada
  • Patrick Bonvin, Haute école pédagogique du canton de Vaud, Suisse
  • Nancy Gaudreau, Université Laval, Québec, Canada
  • Sébastien Rojo, Université du Québec à Trois-Rivières, Québec, Canada
  • Nathalie Trépanier, Université de Montréal, Canada

Collaboratrices et collaborateurs

  • Line Massé, Université du Québec à Trois-Rivières, Québec, Canada
  • Marie-France Nadeau, Université de Sherbrooke, Québec, Canada
  • Mathieu Point, Université du Québec à Montréal, Québec, Canada
  • Valérie Schürch, Suisse
  • Claudia Verret, Université du Québec à Montréal, Québec, Canada

Etudiantes et étudiants

  • Vincent Bernier, Université Laval, Québec, Canada
  • Laurent Bovey, Haute école pédagogique du canton de Vaud, Suisse
  • Marie-Pier Duchaine, Université Laval, Québec, Canada
  • Marc-Antoine Gagné, Université du Québec à Trois-Rivières, Québec, Canada

Processus de Recherche Action Participative (RAP) pour l’éducation inclusive

Thématique de recherche

Les processus de recherche-action participative, RAP (Ander Egg, 2003; Alberich et al., 2009; Elliott, 2000) portent sur le changement social, la transformation de la réalité et la prise de conscience du rôle de la communauté dans la construction de l'école inclusive. Le but est d'étudier et accompagner une situation éducative afin d’améliorer la qualité de l’action en son sein, ce qui constitue une sorte d’autoréflexion pour améliorer la rationalité et la justice des pratiques sociales ou éducatives. Il cherche à obtenir la compréhension des actions et des situations effectuées dans un contexte donné. Les aspects essentiels caractérisant la recherche-action participative sont principalement : 

  • la recherche-action implique la transformation et l’amélioration de la réalité éducative et sociale ; 
  • celle-ci  naît des problèmes pratiques de l’école; 
  • elle implique un travail en collaboration et en partenariat avec les acteurs impliqués;
  • elle exige une réflexion systématique sur l’action réalisée par ceux qui y sont engagés. 
Le procédé de la RAP est configuré comme une spirale de cycles à partir d’une préoccupation thématique préalablement identifiée par les acteurs de l’école et qui représente le problème à être modifié. Dans notre cas, les problématiques dans lesquelles les besoins à étudier sont ces qui concernent à la construction de l’école interculturelle inclusive (Sales, Moliner et Traver, 2010).

Responsable(s) de l'équipe thématique

  • Odet Moliner, Université Jaume I, Espagne
  • Joan Andrés Traver Martí, Université Jaume I, Espagne

Chercheuses et chercheurs

  • Pilar Arnaiz Sánchez, Université de Murcia
  • Jacques Kerneis, Centre Universitaire de Formation et de Recherche de Mayotte, France
  • Odet Moliner, Université Jaume I, Espagne
  • Beatrice Noël-Lepelletier, Université catholique de l’Ouest - Anger, France
  • Luc Prudhomme, Université du Québec à Trois-Rivières, Québec, Canada
  • Lise-Anne Saint Vincent, Université du Québec à Trois-Rivières, Québec, Canada
  • Joan Andrés Traver Martí, Université Jaume I, Espagne

Etudiantes et étudiants

  • Cynthia Laforme, Université du Québec à Trois-Rivières, Québec, Canada
  • Aida Sanahura Ribés, Université Jaume I, Espagne

Rôles et pratiques collaboratives en soutien à l’inclusion scolaire dans les milieux de pratique et de formation

Thématique de recherche

Dans une perspective inclusive, le développement de collaborations entre professionnels semble indispensable pour répondre aux besoins de chaque élève. Le défi réside dans les projets de chaque enfant et chaque classe, pour éviter le morcellement des prises en charge, ou l’exclusion au sein de la classe. Nous nous intéressons particulièrement aux intervenants à l’école :

  • enseignants ressources, spécialisés, orthopédagogues ;
  • autres professionnels : psychologues, orthophonistes, infirmiers scolaires ;
  • assistants, aides à l’enseignant… (formation courte ou absente).

Dans les pays industrialisés prédominent les modèles de service mixtes, où se côtoient plusieurs modalités d’intervention :

  • co-intervention interne ou externe à la classe ;
  • coenseignement, sous diverses formes ;
  • consultation (soutien à l’enseignant).

Nous étudions l’activité réelle des intervenants à l’école, qui varie fortement entre praticiens et entre arrondissements :

  • mandats, routines et rôles négociés ;
  • type de soutien aux enseignants procuré par chaque modalité d’intervention ;
  • formes de coopération développées ;
  • dilemmes et paradoxes rencontrés.

Nous nous intéressons également à la coopération entre praticiens et chercheurs, et à la collaboration comme objet de formation.

Responsable(s) de l'équipe thématique

  • Marco Allenbach, Haute école pédagogique du canton de Vaud, Suisse

Chercheuses et chercheurs

  • Valérie Benoit, Haute école pédagogique du canton de Vaud, Suisse
  • Idrissa Diop, Ecole Normale Supérieure d'enseignement technique et professionnel, Sénégalpriolet
  • Piera Gabola, Haute école pédagogique du canton de Vaud, Suisse
  • Mireille Leblanc, Université de Moncton, Nouveau-Brunswick, Canada
  • Liliane Pelletier, Université de la Réunion, France
  • Frédérique Rebetez, Haute école pédagogique du canton de Vaud, Suisse

Voix des jeunes et de leur famille, de l’entrée à l’école à l’insertion sociale et professionnelle

Thématique de recherche

Les membres de cette équipe souhaitent porter une attention particulière à la voix des élèves et de leur famille au sein du projet de l’école inclusive. La prise en compte de leur voix est en pleine cohérence avec le sens même de l’inclusion scolaire. L’équipe se donne comme objectif de jouer un double rôle. Le premier vise l’approfondissement de méthodologies rigoureuses et efficaces dans l’étude des élèves et de leur famille, alors que le second objectif vise le travail de collaboration à divers projets de recherche traitant soit de la voix des jeunes ou de celle de leur famille. Les nouveaux savoirs qui émergeront de ces travaux seront ensuite partagés aux communautés scientifiques et professionnelles de l’éducation.

Responsable(s) de l'équipe thématique

  • Angela AuCoin, Université de Moncton, Nouveau-Brunswick, Canada
  • Marie-Élaine Desmarais, Université de Saint-Boniface, Manitoba, Canada

Chercheuses et chercheurs

  • Pilar Arnáiz Sánchez, Université de Murcia, Espagne
  • Angela AuCoin, Université de Moncton, Nouveau-Brunswick, Canada
  • Pauline Beaupré, Université du Québec à Rimouski, Canada
  • France Beauregard, Université Sherbrooke, Québec, Canada
  • Corina Borri-Anadon, Université du Québec à Trois-Rivières, Québec, Canada
  • Céline Chatenoud, Université du Québec à Montréal, Québec, Canada
  • Marie Élaine Desmarais, Université de Saint-Boniface, Manitoba, Canada
  • Jean Horvais, Université du Qubec à Montréal, Québec
  • Sylvain Letscher, Université du Québec à Rimouski, Québec, Canada
  • Odet Moliner Garcia, Université Jaume I, Espagne
  • Mathieu Point, Université du Québec à Trois-Rivières, Québec, Canada
  • Joan Travers, Université de Jaume I, Espagne

Collaboratrices et collaborateurs

  • Nadia Rousseau, Université du Québec à Trois-Rivières, Québec, Canada

Etudiantes et étudiants

  • Laurent Bovey, Haute école pédagogique du canton de Vaud, Suisse
  • Nelson Georges, doctorant, Université de Moncton (Canada)
  • Cynthia Laforme, Université du Québec à Trois-Rivières, Québec, Canada
  • Stacey Paquin, Université du Québec à Trois-Rivières, Québec, Canada
  • Sébastien Rojo, Université du Québec à Trois-Rivières, Québec, Canada
  • Aida Sanahuja Ribés, Université de Jaume I, Espagne
  • Alexandre Sotirov, Haute école pédagogique du canton de Vaud, Suisse